Street Photography Définition
LA "STREET PHOTOGRAPHY" DEFINITION
 




STREET PHOTOGRAPHY KESAKO ?

D'un point de vue général on englobe dans la photo de rue :

1) La photographie s’intéressant aux paysages urbains ou aux élements de la rue, tels les immeubles, les textures des façades, l'architecture, la signalétique urbaine, etc.

2) L’aspect humaniste, le plus représentatif, il se concentre sur les scènes de vie ; foules, moments d’intimité, instants du quotidien,… C’est dans cette catégorie que regroupent les plus grands noms des pionniers de la street photography : Henri Cartier-Bresson, Garry Winogrand, Izis, Willy Ronis, Vivian Maier, Robert Doisneau, pour ne citer qu’eux.

Pour Henri Cartier Bresson, c'est mettre en ligne, la tête, l'oeil, le coeur et saisir l'instant décisif. Mais pour tous, le but reste le même ; la street photography cherche avant tout à faire passer un regard sur la société au travers de prises de vue de prime apparence banales, à documenter, à raconter une part d'Histoire. C'est le point de vue personnel d'un regard sur notre humanité. De ce point de vue, la photographie de rue est une petite cousine du photojournalisme.


CONSEILS POUR PHOTOGRAPHIER DANS LA RUE ?


Le premier c'est d'acheter de bonnes chaussures, ensuite apprendre à ne pas s'en servir pour "se poser". Enfin, c'est une question d'attitude : pour photographier dans la rue soyez "furtif" et "positif" !

Furtif, par votre gestuelle et votre comportement : le photographe de rue doit passer inaperçu, mieux encore : il doit se faire oublier.

Les mouvements brusques, les cadrages interminables, sont évidemment à bannir. Soyez naturel, à l'aise dans vos mouvements, anonyme dans la façon de vous comporter et vous deviendrez invisible. J'ai un boitier 5D qui n'est pas vraiment discret et travaille la plupart du temps au 24mm, à un ou deux mètres de la personne et dans 95% des cas le déclenchement passe inaperçu.

Positif, par votre attitude : vous respectez et êtes en empathie avec votre sujet.

Si quand vous photographiez quelqu'un vous avez l'impression de violer son intimité, la personne le remarquera et se sentira agressée. En revanche, si vous ne vous cachez pas et déclenchez tout en souriant et en y prenant du plaisir, les gens tout autour de vous le ressentiront aussi, et les 5% qui vous verront les photographier vous répondront par un sourire.

Bien, vous êtes furtif et positif ;) Vous voilà dans la rue avec une focale entre 24 et 85 mm, idéalement 35. Même si la tentation des timides est grande de travailler à distance avec un zoom, l'utilisation d'un grand angle donnera à vos images l'impression d'être dans l'action.

Vos réglages doivent être déjà quasi prêts : en hyperfocale et une vitesse d'obturation rapide pour figer l'instant ou une pause au 1/30 s pour donner des filés de mouvement sur les piétons, etc. L'instant que vous cherchez dans les rues ne vous laissera qu'à peine le temps de faire la mise au point, règler la lumière et composer votre cadre.

Le mieux est d'anticiper, alors ne vous transformez en arpenteur de bitume, observez tranquillement, essayez de deviner ce qui pourrait se produire. Prenez parfois le temps de vous rapprocher de votre sujet pour que l'image soit plus lisible et évidente. 



PHOTOGRAPHIE DE RUE TECHNIQUE ?


La "street photography" s'apparente à la chasse  :

1) à l'approche

C'est sans doute la plus difficile mais la plus prenante, il vous suffit de marcher et d'observer, guetter ou anticiper l'instant qui pourrait se produire afin d'être assez rapide pour le saisir quand il est là. Souvent vous rentrerez bredouille, mais quand des instants rares ou des scènes de vie expressives se produisent ... En moins d'une seconde, choisissez l'angle et tirez !

2) à l'affut

Vous avez repéré un paysage urbain particulièrement graphique, une affiche qui se prêterait à... Votre composition est prête ; il ne vous reste plus qu'à attendre le(s) personnage(s) en phase avec votre contexte. C'est sans doute plus facile mais avec un inconvénient notoire pour le photographe de rue pratiquant l'instantané : il faut du temps et de la patience.

3) à courre

C'est cette fois le personnage qui fait l'action : que ce soit les jambes fuselées d'une jolie fille ou la "touche" improbable d'un passant ; vous avez repéré votre sujet il faut alors le suivre pour qu'il réalise un action "qui raconte" ou qu'il passe dans un contexte photogénique.

Enfin, comme pour la chasse, il vous faudra aussi gérer la frustration de revenir éventuellement avec une besace vide. Les instants "décisifs" ne se commandent hélas pas ; et même si vous en croisez, rien ne garantit que vous pourrez les attraper.




DROIT A L'IMAGE ?
 

En France, (et beaucoup d'autres pays)  à l'exception des images de foule, vous n'avez pas le droit de diffuser les photos d'un individu sans son accord. Sinon rien ne vous interdit de photographier des gens dans les lieux publics mais les espaces privés (jardin, metro, voiture... ) restent interdits. Dans la pratique, la liberté d'expression artistique est elle plus importante que le droit à l'image ? Si la démarche est non mercantile, artistique, non dégradante pour la personne photographiée, les juges tendent à penser que oui. Toutefois si une personne vous demande expressément d'effacer la photo que vous avez fait d'elle, vous lui devez de le faire.

Top