Photographe de rue à Paris

Happy to shOOt strangers!

Un 1er avril 1964, dans une maternité de proche banlieue, je vois de la lumière pour la première fois ; je ne m'en suis même pas rendu compte.

Pourtant la lumière est essentielle ; 45 ans plus tard, presque par hasard, je la redécouvre à travers le viseur d'un appareil photo. Je n'avais jamais mis l'œil derrière un objectif avant ; j'ai eu tort : prendre une photo peut être jouissif, jubilatoire.

Comme photographe du dimanche, j'essaie avec les images de faire beau, de raconter une histoire, surtout de procurer de l'émotion, de peindre notre société à travers des instants volés. Les très rares fois où l'on peut obtenir tout ça en une seule image sont de l'adrénaline. Je suis photo-accroc ! Hélas, plus on travaille, plus réussir une bonne image est difficile, c'est vraiment très con cette addiction ! 

Prendre une photo, c'est avant de déclencher, trois étapes simples : 1° choisir sa lumière, 2° décider de la profondeur de l'image, 3°composer son cadre. Et pourtant, vous avez beau maitriser la technique, devenir un Lucky-Luke du déclenchement dans 90% des cas, c'est raté. Je passe mon temps libre à échouer, c'est vraiment très ... cette addiction !

Paris est mon huître, j'y pratique la photographie de rue à mi-chemin entre loisirs et obsession. Je chasse à l’affut, à l’approche, ou à courre ; la rue est le reflet de la tribu des humains, avec une paire de bonnes chaussures,  je tente d'attraper des instants avant qu'ils ne s'envolent. Même si parfois je rentre bredouille, je tire sur les gens pour me rendre heureux ; si vous appréciez, et que ces images vous procurent un peu d'émotion, c'est un joli dommage collatéral. 


Dans tous les cas, je vous remercie de votre visite et du temps passé ici.
Benoit
 

 
Top